Pour mener à bien son effort de persuasion et d’influence des opinions et comportements, la publicité a de longue date sollicité les expertises des sciences sociales et humaines, faisant intervenir psychologues, sociologues, linguistes, sémanticiens. Autant de spécialistes à même d’aider les publicitaires à s’assurer que leurs messages sont en phase avec l' »humeur » d’une société, et qu’ils sont formulés de sorte à activer les ressorts psychologiques qui conditionnent les décisions des consommateurs.

La publicité a également mobilisé économistes et statisticiens pour effectuer des calculs complexes visant à mesurer l’efficacité des messages et campagnes.

Plus récemment, le recours aux apports des neuro-sciences est devenu un levier de plus en plus employé dans la publicité.

Ces disciplines qui étudient le système nerveux et son fonctionnement peuvent en effet éclairer les concepteurs de messages publicitaires quant aux processus émotionnels et mémoriels à l’oeuvre dans les décisions des consommateurs, les aidant ainsi à maximiser l’efficacité et la portée des messages. Au nombre des techniques neuro-scientifiques en passe de devenir pratiques courantes dans l’industrie publicitaire, figurent l’eye-tracking, soit le suivi du mouvement des yeux des individus exposés à un message publicitaire, ou encore la reconnaissance faciale.